Jongler avec les coûts des entrepôts

12 juillet 2013

De nos jours, les responsables logistiques ont du pain sur la planche. Alors que les entreprises essaient tant bien que mal de réaliser leurs objectifs de vente, les responsables logistiques subissent une pression croissante afin de limiter les coûts. Parallèlement, la productivité et la performance doivent s’améliorer.

eureka examine quelques techniques utiles pour réduire les coûts dans les entrepôts.

Les tendances dans les entrepôts
Lorsqu’on examine les aspects les plus importants des entrepôts actuels, on observe trois tendances. La première consiste à atteindre de hauts niveaux d’efficacité afin de maintenir les coûts aussi bas que possible. Les délais de préparation de commande doivent être courts et les méthodes de stockage doivent aboutir à un faible coût par article. De grands efforts sont déployés afin de faire les choses mieux, plus vite et plus intelligemment.

L’autre tendance, dans ce contexte économique difficile et une fidélité des clients en déclin, est de rester aussi flexible que possible. Les entreprises tentent de louer de l’immobilier pour des périodes plus courtes, afin de ne pas être coincées si leurs besoins en stockage se modifient. Les 3PL, notamment, qui s’occupent de la logistique des autres, trouvent difficiles de réaliser les investissements nécessaires, car elles ne peuvent obtenir un retour sur investissement (RSI) qu’à long terme.

La tendance finale peut sembler contredire les deux précédentes, mais elle est directement liée à la modification des comportements d’achat. L’augmentation impressionnante des achats en ligne a abouti à des prises de commandes plus tardives, ce qui augmente la pression sur les opérations de préparation de commande. Les entreprises doivent produire des niveaux de service supérieurs afin de battre la concurrence.

Maintenant que nous connaissons les difficultés actuelles des responsables logistiques, nous pouvons examiner les façons dont ils peuvent réaliser des économies. Elles peuvent se diviser en quatre catégories.

Centres logistiques et équipements fixes
Les coûts associés aux centres logistiques et aux équipements fixes dépendent largement des décisions prises lors de l’installation des centres, avant d’y emménager. C’est pourquoi, à l’étape de la conception, il est intéressant de travailler avec des professionnels. En effet, un bâtiment « bon marché » peut s’avérer très onéreux lors des opérations quotidiennes, si l’on n’a pas fait preuve de réflexion. Un investissement dans une bonne isolation, un équipement de stockage adaptable et un sol de bonne qualité, par exemple, aboutira à moins de dégâts et moins de frais de maintenance à long terme. Il sera certainement possible de réaliser des ajustements par la suite, mais il n’est pas facile de modifier un centre une fois que les opérations ont démarré.

Coûts de main-d’oeuvre
Nous avons appris dans des numéros précédents d’eureka que l’installation de l’automatisation dans les entrepôts, par exemple pour la préparation de commande, peut réduire le nombre d’employés nécessaires pour effectuer une tâche, notamment parce que les employés n’ont plus à marcher aussi longtemps pour accéder aux marchandises. Les trieurs, les carrousels, les navettes et les grues peuvent tous acheminer les marchandises souhaitées jusqu’aux stations de préparation de commande, et ainsi réduire la durée nécessaire pour expédier les marchandises au client.

Cependant, l’automatisation nécessite de sérieux investissements, et il existe des façons moins chères de réduire les coûts de main-d’oeuvre. L’efficacité du travail peut être améliorée en utilisant des outils permettant de gagner du temps, comme les lecteurs numériques ou les systèmes vocaux de préparation de commande. Il peut aussi être intéressant d’étudier périodiquement les trajets de préparation pour vérifier que ce sont bien les distances les plus courtes.

Coûts de gestion des stocks
Bien que cela puisse sembler contraire à un service de qualité, il s’avère intéressant de maintenir les stocks à un niveau aussi bas que possible. Selon les études, dans de nombreux cas, le stock peut être réduit sans compromettre la qualité des livraisons. C’est souvent par peur d’être en rupture de stock que les entreprises conservent des niveaux de stock supérieurs aux niveaux nécessaires. Cependant, ces hauts niveaux de stock peuvent entraîner davantage de mouvements de palettes, des manutentions superflues et un nombre excessif de lieux de stockage. Alors qu’en déployant des solutions informatiques comme les systèmes de gestion d’entrepôt, les entreprises peuvent gérer leurs niveaux de stock de manière plus efficace.

Outils et équipement non fixe
C’est sans doute le domaine qui propose le plus grand nombre de possibilités de réduction des coûts opérationnels mais qui nécessite une bonne connaissance de ce qui existe sur le marché. Pour cela, il faut échanger avec d’autres professionnels de la logistique, lire la presse professionnelle ou aller à des salons de logistique.

Une grande part de ces coûts est liée au parc de manutention. Beaucoup d’entreprises externalisent la gestion de leur parc, en payant des loyers fixes mensuels en échange de temps de disponibilité élevés, d’une excellente performance des chariots élévateurs et de plans de maintenance parfaitement planifiés. Les fournisseurs professionnels examinent soigneusement les opérations existantes de l’entrepôt, non seulement pour décider du meilleur parc possible, mais aussi pour prodiguer des conseils sur les améliorations éventuelles. Dans de nombreux cas, leurs recommandations ne sont pas limitées aux chariots élévateurs, mais elles portent aussi sur le renouvellement du revêtement de sol ou sur la hauteur des palettiers.

Nous avons demandé à certains concessionnaires Cat® situés en Europe de quelle manière ils aident leurs clients à obtenir des réductions de coût. Crepa (Pays-Bas) pense qu’une des possibilités réside dans le renforcement de la sécurité opérationnelle en utilisant des produits comme les protections, les alarmes sonores et les butées de palettes. Rob de Greef, responsable des pièces chez Crepa, explique : « Les entreprises ayant des politiques de sécurité strictes vérifient la coordination entre leur matériel, leurs outils et la circulation. Elles collaborent étroitement avec leur personnel afin de réduire les risques. Elles installent des dispositifs de sécurité de façon à réduire les accidents et les dégâts. Et quand nous connaissons leurs coûts actuels liés aux dégâts et aux réparations, nous pouvons même calculer un RSI. Les surcoûts liés aux dégâts sont sept fois plus élevés que les coûts de réparation habituels des chariots, ce qui est vraiment excessif. »

En Espagne, les clients essaient de réaliser des économies en réduisant les stocks, la taille et la capacité des chariots élévateurs, ainsi que la hauteur des palettiers, afin de pouvoir travailler avec des transpalettes et des gerbeurs plus économiques. Titus Von Plettenberg, de Bergé, explique : « Nous essayons d’orienter les clients vers cette tendance, mais nous faisons toujours une analyse complète des entrepôts afin de leur donner de bons conseils. Nous devons toujours vérifier les conditions générales de l’entrepôt, telles que la ventilation, la température, la surface, la visibilité et les zones de service. En plus des économies de coût, nous cherchons à obtenir la meilleure productivité possible. »

Alan Walker, d’Impact (Royaume-Uni), ajoute : « En-dehors de nos services de parc, nous indiquons aux clients comment maintenir leur entrepôt propre et organisé. Les études montrent que cet aspect a un effet positif sur la productivité. »

Les possibilités de réduire les coûts sont presque illimitées. Mais la meilleure approche consiste à examiner ses propres priorités (efficacité, adaptabilité et/ou niveaux de service), puis à élaborer un plan de mise en oeuvre des options les plus adéquates. Il est vraisemblable que la situation économique ne s’améliore pas avant un moment. Il est donc important d’être encore plus efficace.

Gian Schiava

  1. Dans les systèmes d’entrepôt, les délais de préparation de commande doivent être courts et les méthodes de stockage doivent abou
  2. L’augmentation des achats en ligne a abouti à une pression croissante sur les préparateurs de commande.
  3. L’automatisation peut réduire le nombre d’employés, mais nécessite des investissements importants. Image avec l’autorisation de Rocla Oy.

> Visiter eurekapub.fr

Image:
warehouse improvement image
Outsourcing of supply chain activities
Image:
cat warehouse truck
eureka magazine
Image:
warehouse improvements
eureka magazine
Image:
cat lift trucks warehouse equipment