Les chemins d’accès boueux, remplis d’ornières, avec les allers-retours incessants des entrepreneurs, sont quelques-unes des difficultés que doivent affronter les caristes sur les chantiers. Comment les professionnels de la santé et de la sécurité peuvent-ils réduire les risques et améliorer la sécurité? Gay Sutton enquête.

Le secteur du bâtiment est l’un des environnements les plus dangereux où travailler, et les caristes peuvent se retrouver sous une énorme pression. Leur seule mission sur le chantier est de permettre aux autres professionnels de travailler. Les maçons peuvent avoir besoin d’un peu plus de mortier par ici, les plombiers de plus de tuyaux par là.

De plus, l’environnement du bâtiment représente pour les professionnels de la santé et de la sécurité plusieurs problèmes de manutention spécifiques. La destination des matériaux change en permanence au fur et à mesure de la progression du chantier, le site est exposé au vent, à la pluie et à la boue, et les artisans, dont un grand nombre d’entre eux ne sont pas employés par le chef de chantier principal, se déplacent constamment

Une planification sérieuse est essentielle

La planification de la sécurité de la manutention commence dès le début du projet. Une façon efficace d’y parvenir, selon Paul Haxell, président du groupe de construction l’IOSH (institution de sécurité et de santé au travail), consiste à traduire le programme de construction en une série de dessins colorés indiquant les zones d’activité de construction, étape par étape.

Ils permettent d’identifier les zones de stockage de matériel appropriées pour chaque étape de la construction. Paul Haxell explique : « Avec ces aides visuelles, vous pouvez voir les trajets qui apparaissent entre les zones de travail et les zones de stockage, et la façon dont ils sont susceptibles d’évoluer avec le temps. Je le compare à un modèle commercial : on élabore un plan stratégique, puis on le détaille de plus en plus, avec un plan tactique pour la gestion du trafic, la livraison de matériaux et la manutention, » poursuit Paul Haxell.

La grande entreprise de construction Skanska utilise une technique appelée planification collaborative sur tous les projets, dont un élément-clé est la logistique. Une fois que le programme de construction a été créé, les équipes du chef de chantier et de la chaîne logistique des différentes parties du projet se réunissent pour réfléchir au plan. En amont, ce plan est préparé pendant 8 à 12 semaines, puis il est détaillé toujours plus à des intervalles mensuels, puis hebdomadaires et enfin quotidiens. Les examens et les mises à jour deviennent alors de plus en plus fréquentes.

L'article complet peut être trouvé à eurekapub.fr

Safety Standards
Santé et sécurité