Des scanners et des préparateurs de commande évolués dynamisent l’efficacité des entrepôts

Mark Nicholson

Parmi tous les processus intervenant dans les entrepôts, la préparation de commandes est souvent la plus chère en temps d’employé. Mark Nicholson examine certaines avancées de gain de temps dans la technologie des scanners et dans la conception des chariots de préparation de commandes, qui promettent des bénéfices grâce à des flux plus rapides.

Depuis des décennies, les étiquettes de codes-barres servent à associer des informations essentielles aux produits et aux emballages dans les entrepôts. Elles aident le personnel, équipé d’un scanner manuel, à vérifier qu’il prélève les bons articles. Des vérifications de marchandises entrantes et sortantes peuvent également être réalisées à tout moment grâce aux codes-barres. Dans de nombreux cas, les scanners montés sur les convoyeurs lisent automatiquement chaque étiquette.

Parfois, les scanners n’arrivent pas à lire un code-barres. L’article doit alors être retiré et scanné à nouveau. En cas d’échec, quelqu’un doit taper les informations manuellement, ou bien créer et appliquer une nouvelle étiquette. Tout cela prend du temps. Dans un entrepôt qui gère des milliers d’articles par jour, cela devient rapidement une perte grave.

Les employés subissent des pertes de temps similaires en utilisant des chariots préparateurs de commandes au sol. En fait, ils passent généralement plus de temps à marcher et à diriger leur chariot qu’à prélever les articles. C’est pourquoi l’un des principaux buts des concepteurs de chariots est d’accélérer le mouvement du cariste entre les sélections.

Scanners évolués basés sur l’image

Jusqu’à récemment, les scanners de codes-barres étaient souvent basés sur des lasers. Maintenant, il existe des scanners basés sur l’image, qui utilisent une technologie similaire à celle des appareils photo numériques. Contrairement aux lecteurs laser, les scanners numériques capturent une image du code-barres. Avec l’aide de leur logiciel, ils interprètent cette image et peuvent même surmonter les confusions provoquées par des codes-barres imparfaits.

Un scanner laser peut ne pas parvenir à lire les codes-barres endommagés, déformés, mal imprimés, obscurcis par un matériau réfléchissant ou mal positionnés. Un scanner basé sur l’image réduit le nombre d’échecs de lecture dus à ces types de facteurs.

Même s’il peut arriver qu’un scanner basé sur l’image ne puisse pas lire un code-barres, les opérateurs pourront alors examiner l’image de ce que le scanner voit en temps réel et ainsi comprendre la cause du problème. S’il s’agit par exemple d’un problème de niveau d’encre trop bas dans l’imprimante, il peut être résolu rapidement. En outre, les images pourront être archivées et analysées plus tard, pour identifier les causes des problèmes et améliorer la performance de l’étiquetage. On peut également mieux analyser les données des codes-barres collectés afin de donner un éclairage sur la stratégie de l’entreprise.

Par rapport à leurs prédécesseurs basés sur le laser, la plupart des scanners de codes-barres basés sur l’image ont d’autres avantages importants. Ils peuvent lire les codes-barres dans n’importe quelle direction, au lieu de nécessiter une position et une orientation précises des étiquettes. Ils peuvent lire simultanément plusieurs codes sur les emballages. En plus des codes-barres à une seule dimension, composés de lignes claires et de lignes sombres, ils peuvent lire des informations en deux dimensions comme les codes

Data Matrix et QR. Ils fournissent beaucoup plus de données et .....

Pour l'article complet, allez à eurekapub.fr